NYC, Chapter One

 

DAY 1. MANHATTAN, SOHO

Arriver à New York est comme vivre un rêve éveillé! Je regarde tout autour de moi avec les yeux d’un enfant à qui l’on a promis qu’il pourrait voir le père Noël pour la première fois. Tout est fidèle à ce que j’en ai imaginé, tant de fois. Tout ce que j’espérais est là, à portée de mes doigts. Je commence à m’émerveiller à la sortie de l’avion, où même la douane et les hôtesses de l’air en uniforme me font sourire, j’aime les écouter m’apostropher, avec leur accent si parfait, bien que leurs questions m’agacent et me dérangent. Les américains protègent farouchement leur pays, et ils ont bien raison. La menace est partout et en n’importe qui.

On a décidé de prendre le métro pour regagner Manhattan, nous entrons dans le bain directement comme ça! Pas de taxi, pas de shuttle, juste une heure de métro, immergés dans la marée humaine qui se rend d’un bout à l’autre de la ville en ce samedi après midi.

Le vol a été long, nous n’avons pas dormi beaucoup mais l’excitation est telle que cela vient annihiler tout le reste en un instant.

Nous regagnons Manhattan et le loft où nous séjournons pendant ces deux semaines à NewYork. Hébergés chez un couple d’amis à nos parents, c’est comme deux vrais NewYorkais que nous allons pouvoir profiter pleinement de ce voyage, sans se presser, vivre à l’américaine, et ne pas courir d’une attraction touristique à une autre. Nous avons voyagé léger, ne remplissant que notre bagage à main (et encore) pour pouvoir ramener un tas de souvenirs et ne pas se freiner en shopping.

Je découvre le loft, c’est « So » newYorkais, notre chambre donne sur la rue, et les fenêtres des appartements d’en face où je devine avec délectation et amusement la vie de leurs occupants. Les échafaudages de sorties de secours en cas d’incendie me rappellent tant de scènes de films, que je pourrais rester dans cette chambre à observer la rue pendant des heures. Au lieu de ça, nous montons sur le toit de notre immeuble, et moi aussi, comme dans les films, je bloque la sortie de secours avec un gros parpaing.

La vue du toit est juste parfaite, de là on aperçoit tous les grattes ciels et les jardins suspendus des habitants de Manhattan.

 

C’est le ventre criant famine que nous partons nous balader dans le quartier. Premier fast-food (Shame on us). Puis nous arpentons les berges de Manhattan River.

Je vais finir par avoir un torticolis à force de lever la tête vers le ciel! C’est un environnement dont je n’ai pas l’habitude. Être dominée par ces gratte-ciel c’est à la fois impressionnant et intimidant. Même de part son architecture, l’Amérique me provoque et me rassure dans un même temps. Je comprends à cet instant que c’est sans doute l’effet recherché par tant de grandeur. Une manière de montrer leur force et leur solidité face aux autres et pour leur peuple. Je pense que si je vivais ici, moi aussi je me croirais facilement au-dessus de tout et invincible! Ah ah ah! J’aperçois enfin les « Yellow Cab » (le taxi typique new-yorkais).

 

Un petit tour par SOHO (que j’ai hâte de prendre le temps de découvrir plus tard) pour faire quelques courses pour le petit dej’ puis c’est après une tisane et avec des étoiles pleins les yeux déjà, que nous tombons de fatigue.

 

 

Les bruits de la ville, les sirènes des ambulances, les odeurs des restaurants, s’invitent jusqu’à la fenêtre de notre chambre, et c’est bercés par cette ambiance d’un autre monde que nous nous endormons, sans volet et avec un petit vent bien agréable filtrant à travers la moustiquaire …

DAY 2. CHINA TOWN, BROOKLYN

Une bonne nuit de sommeil plus tard, c’est naturellement que nos yeux s’ouvrent très tôt à la perspective de cette nouvelle journée pleine de découvertes !

Nous regagnons les bords de Manhattan River en traversant China Town. Avec beaucoup d’amusement, j’assiste au réveil musculaire et aux cours de Tai-chi improvisés dans les parcs de NYC. La population asiatique vivant à NYC prend possession des squares pour enfants, c’est un spectacle plutôt étonnant et surprenant que de voir ces hommes et ces femmes, d’un certain âge, s’adonner à leur séance de sport. Accompagnés ou non de musique, ils semblent comme seuls au monde et imperturbables. C’est ainsi que l’on voit des sexagénaires jouer au basket ou au ping pong, s’essayer aux tractions ou aux sports de combats!

Nous continuons notre chemin sur les berges de Manhattan River. Il fait bon, c’est calme. Un dimanche matin à NYC, loin de la folie urbaine et des klaxons. On s’installe sur un banc, face à la riviere, la ville dans notre dos et je laisse la brise fraîche jouer avec mes cheveux, les rayons de soleil me caressent doucement le visage et j’observe tout ce qui se passe autour de moi, j’enregistre chaque seconde de cet instant, à l’autre bout du monde.

C’est par le Brooklyn Bridge que nous regagnons l’autre rive. Le pont est magnifique et moi qui aie le vertige, je n’ai pas cette désagréable sensation de fourmis dans les jambes. Le passage est large et les flancs du pont sont loin sur les coters, supprimant cette sensation de vide et de perte d’équilibre que j’aurai a contrario un peu plus tard sur le Manhattan Bridge. Il y a beaucoup de monde, les appareils photos sont de sortie. Il faut faire attention car la piste cyclable longe la piste pédestre. Certains courageux font même leur jogging mais au milieu de cette foule, c’est un exercice difficile si vous voulez mon avis…

Je n’ai volontairement lu aucun guide touristique avant de partir à NYC. J’en ai acheté, et je les ai apporté avec moi mais j’ai décidé de me laisser aller cette fois, de me perdre, de découvrir et je dois dire que j’y prends goût. Je triche un peu car Mamour a vécu 8 mois à NY mais quand même c’est une première pour moi qui aime tout organiser et planifier. J’ai toujours peur de ne pas tout voir, de passer à coter de ce qui était à ne pas manquer. Mais finalement, en ayant le nez plongé dans les bouquins,ce qu’on finit par manquer, ce sont le charme de l’inconnu et l’effet de surprise.

La vue sur Manhattan depuis les berges de Brooklyn est vraiment magnifique. De là, je vois Manhattan sous un autre angle de vue. Les écureuils viennent nous saluer et sautillent  vers nous dans l’herbe où nous nous reposons au soleil un instant. J’écris ma première partie de cet article à ce moment là.

Sur la balade en bord de rivières, Les anciens docks ont laissé place à de grands espaces verts aménagés, des terrains de foot et de baskets, des tables de pic-nique avec leur BBQ à disposition. Tout comme en Australie, des familles y organisent les goûters d’anniversaire de leurs enfants, avec deco ballons, napes et serviettes de couleur, roses ou bleus! Même si il y a un petit vent frais et que la veste n’est pas toujours de trop, les américains sont dehors et profitent de ce dimanche en famille. On devrait en prendre de la graine, nous les français qui aimons temps rester chez nous 😉

 

Brooklyn semble beaucoup moins dense que Manhattan, c’est un nouvel aspect de NYC que nous découvrons. Dans cette partie la de la ville, beaucoup de zones résidentielles, un centre ville plus tranquille et à l’apparence moins fréquenté, des magasins où il fait bon shopper sans se sentir oppressé, et de supers adresses pour bruncher (pour nous se sera Le LuLuc Café avec sa petite cour à l’arrière, sa carte délicieuse, ses serveurs aux petits soins et ses prix très abordables; une adresse visiblement prisée par les locaux à en juger par la queue devant le restaurant).

 

 

Nous quittons Brooklyn par le Manhattan Bridge, plus bruyant celui-ci car le métro passe sur ce pont, et le fait trembler à chacun de ses passages, d’où l’effet de vertige +++ !

De là-haut, nous observons (enfin pas moi, hein!) des matchs de hockey et des tags sur les murs en hauteur, une vie sur les toits que nous ne pouvons pas toujours discerner aux pieds des immeubles.

 

Comme vous pouvez vous en rendre compte jusque là nous ne prenons pas les transports en commun, donc on marche beaucoup, et le décalage horaire se ressent encore. Quand nous rentrons au loft, il n’est pas loin de 19h ce qui signifie plus de minuit en France) .

Rassasiés du bon repas de midi on ne fera pas de vieux os!

DAY 3. MANHATTAN – Broadway – Union square – 14th Street – 5th Avenue – 6th Avenue – Madison Square – 34th Street

Il pleut ce matin. Bon, j’avoue que ça ne m’enchante pas vraiment de devoir déambuler sous la pluie toute une journée surtout que je ne suis pas vraiment équipée pour et qu’il pleut vraiment, vraiment beaucoup! Mais rien ne pourra entacher ma joie d’être ici! Des vendeurs ambulants de parapluie ont apparus comme par magie et envahissent les trottoir NewYorkais, apostrophant les passants en leur proposant toujours le meilleur prix!

Aujourd’hui, la pluie en a décidé ainsi, ce sera shopping! 🙂

On se sent riche avec tous ces dollars en billets, on a l’impression de jouer au Monopoly!

On remonte Broadway jusqu’à Madison Square, en s’arrêtant par-ci par-là dans quelques boutiques, dont le nouveau Nike store qui a ouvert ses portes il y a seulement quelques mois et qui est juste magnifique, on en oublierait presque que l’on est sensé y acheter des chaussures ou des vêtements!! Au dernier étage, il y a un terrain de basket mis à disposition des clients pour pouvoir y essayer les chaussures! Pareil au rez-de-chaussée pour le foot! Et vous avez aussi des tapis de course à disposition pour tester les chaussures de running! Ils sont forts quand même ces américains, ils pensent à tout! Un vrai musée ce magasin! Sur cinq étages, il est splendide!

Quelques bonnes adresses :

  • Le DSW (Designer Shoes Warehouse): pour le coter OUTLET, une tonne de marques à des prix très intéressants! Par contre, je vous préviens, vous allez vite devenir dingue, car il y en a de partout et on ne sait plus où regarder tellement il y’a de choses!! Pour les chaussures de sport, c’est particulièrement pas mal; mais pas que! Il y’a aussi de très belles chaussures de soirée, un grand choix de chaussures pour les hommes; des vêtements, des sacs… Bref il y a l’embarras du choix!
  • Le Macy’s: grand centre commercial aux allures de Galeries Lafayette, beaucoup de soldes aussi (c’est là que j’ai craqué pour mes nouvelles chaussures de running à moins 50%)
  • Si vous voulez des converses, UGG ou Doc Martens pas chères, rdv au Manhattan Mall, second magasin sur la gauche à l’entrée; les prix sont juste tellement bas que j’ai pensé que c’était des contrefaçons!!!
  • Topshop & TopMan
  • Et bien sur l’incontournable Victoria Secret qui aura eu une fois de plus, raison de moi avec ses brumes parfumées pour le corps et ses laits corporels aux senteurs assorties, aucune excuse pour ne pas sentir bon en toutes circonstances! Je fais le plein tant qu’à faire, on en achète deux pour le prix d’un dans les autres pays qui importent la marque! Autant en profiter !!

Après bien évidemment, vous retombez sur les mêmes magasins que chez nous mais tout semble démesuré et les collections différent un peu : Zara, H&M…

 

Le midi, nous déjeunons sur Madison Square, au Pavillon! Une adresse qui m’a été conseillée, qui sera à refaire un jour de beau temps aussi car à mon avis ça doit être une ambiance encore différente. Au milieu de Madison Square, ce restaurant est intrigant et surprenant, pas de cloison fermée, c’est difficile à décrire… Des chauffages d’extérieur s’occupent de vous réchauffer, de la fausse herbe recouvre quelques façades et des fleurs embaument l’espace, et des écureuils s’invitent à votre déjeuner. La carte est simple et raisonnable. Un cadre enchanteur, et encore une fois un service au top (je crois que les français auraient également beaucoup à apprendre du personnel américain en matière d’accueil!).

 

Lorsque l’on remonte Broadway pour rentrer au Loft, c’est l’heure de pointe, ça klaxonne dans tous les sens, c’est la folie! Parfois, on se croirait presque au Vietnam tellement c’est une cacophonie générale! Ils ont le klaxon facile les NYorkais! Je pense à cet instant que cette folie est appréciable de manière temporaire, mais que vivre ici pourrait être compliqué pour moi qui aspire aussi au calme.

Les américains et les américaines ne sont pas fidèles aux clichés que je m’en été fait. Des femmes et des hommes superficiels et pour elles maquillées à outrance. Finalement ils nous ressemblent plutôt et je ne constate pas de gros changements de ce coter là. Nous sommes similaires, en style vestimentaires aussi. Selon les quartiers bien sur, les styles et les attitudes sont différents.

La suite au prochain épisode … 🙂

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s