Avoir des enfants ou pas ?

Je sais que ce sujet peut choquer déjà rien qu’à l’idée qu’on puisse se poser la question. Et pourtant, aujourd’hui, la vérité c’est qu’il n’y a plus de certitudes. A une époque où les couples peuvent être homosexuels, ou libertins, ou échangistes, ou recomposés, habiter ensemble ou séparément … Il n’y a plus vraiment de modèle, de conformité … Pourtant, faire des enfants reste le but ultime, ancré dans nos mœurs depuis toujours comme la suite logique du couple, comme un aboutissement à notre réussite sociale et professionnelle. Pour beaucoup, la question ne se sera jamais vraiment posée, c’est une évidence. A partir du moment où l’on est amoureux, en bonne santé et dans une situation financière confortable, alors on fait des enfants. Point. C’est aussi simple que ça !

bebe-35

Mais moi je n’aime pas les choses trop simples, je n’aime pas les choses évidentes, j’aime tout remettre en question, à commencer par moi-même d’ailleurs.
Depuis que j’ai remarqué à quel point les gens pouvaient réagir de manière virulente à l’idée que vous puissiez ne tout simplement pas vouloir d’enfant, alors même que vous détenez toutes les qualités requises pour être candidat à la position de futurs parents; j’ai décidé de m’en amuser.
J’avoue alors à mon entourage ne pas être sûre que je veux avoir des enfants, que je me laisse le bénéfice du doute, que ce n’est pas une évidence, que je me poserai la question le moment venu et que je verrai selon ma vie à ce moment-là, mes envies etc. Je voulais au départ voir ce que c’était d’être dans la peau de ces femmes qui affirment qu’elles ne souhaitent pas avoir d’enfants et qui subissent le jugement des autres qui ne comprennent pas , et qui voient ça comme de l’égoïsme. Souvent on est vu comme la personne qui ne pense qu’à elle, qui ne voit pas le bonheur que c’est d’avoir des enfants, que c’est génial d’être parents … Etc.

Vous le savez parce que vous avez déjà pensé tout ça , j’en suis sûre , moi aussi je l’avoue , avoir été choquée par de tels propos la première fois que j’ai été confrontée à une personne qui m’a dit ne pas vouloir d’enfants.2729264054_1

 

Je me suis dit « mais n’importe quoi, elle est jeune, elle changera d’avis, on ne peut pas ne pas avoir d’enfants par choix, elle ne trouvera jamais personne qui l’aime assez pour rester avec elle alors qu’elle ne veut pas avoir d’enfants… C’est égoïste !  »

Je me suis rendue compte que j’étais complètement conditionnée, je me suis surprise à dire des phrases telles que « quand j’aurai des enfants … » « quand je serai maman …. » Je ne vous parle même pas du choix des prénoms etc …. Sans jamais même envisager que je pouvais avoir le choix !
On ne se rend pas compte du poids de la société sur nos choix qui nous donnent l’impression d’être innés.

Je ne sais pas ce qui a fait que j’ai, non pas changé d’avis, mais plutôt envisagé que ce soit possible sans juger. Peut-être le fait d’avoir voyagé, d’être spectatrice des choix de mon entourage, de leur vie qui se construit autour de leur famille petit à petit, d’observer autour de moi et ma faculté à me poser des questions car ça c’est tout moi je l’avoue. J’aime m’interroger.

recherche-docu

J’ai alors commencé à écouter, les gens autour de moi. Ceux pour qui les personnes ne voulant pas d’enfants sont égoïstes, tandis que d’autres considèrent que ce sont les parents les vrais égoïstes. J’ai opté pour ce point de vu de temps en temps, pour me faire l’avocat du diable, soulever des interrogations, voir ce qu’on pouvait bien me répondre pour « se défendre ». Alors je répète ce que j’ai entendu pour voir et je dis « mais enfin être parents c’est aussi être égoïstes, après tout, les enfants n’ont rien demandé, ils n’existaient même pas! Vous dites vous-même que faire des enfants c’est beau c’est bien, c’est un prolongement de soi, ça permet d’être moins seul, de se projeter, de se sentir complet …. En gros c’est pour vous quoi que vous faites des enfants ? Donc c’est égoïste aussi de vouloir des enfants dans un monde où franchement tout n’est pas toujours rose ? »

Bien sur ce n’est pas ce que je pense. Je ne sais pas ce qu’il se passera pour moi. Je sais juste que le jour où je prendrai la décision d’avoir un enfant je le ferai par choix, pas parce que c’est la suite logique. Par amour, par égoïsme peu importe mais je le voudrai là, maintenant! Et je ferai en sorte de ne pas avoir de regret. Ma vie changera mais j’en serai contente.
Je dis tout ça pour choquer, provoquer, parce que sinon c’est trop simple et qu’il faut se poser des questions. Je dis tout ça parce que ça m’intéresse et qu’il faut faire preuve d’ouverture d’esprit. Tout n’est pas tout blanc ou tout noir.
Je ne ferai pas un enfant à tout prix, si la nature en décide autrement, ou si je suis seule à un âge fatidique, et bien je n’aurai pas d’enfants et je ne le vivrai pas comme un échec ou comme quelque chose d’horrible. C’est qu’autre chose m’attend. Et ce sera beau aussi j’en suis sûre !

Je suis très curieuse de connaître votre avis sur le sujet alors n’hésitez pas. Ici vous pouvez tout dire, il n’y a pas de camps  » les pour , les contre  » juste des gens qui discutent d’un sujet parfois délicat voire tabou , tout en apprenant sur des points de vue différents, en faisant preuve d’ouverture d’esprit !

Publicités

Une réflexion sur “Avoir des enfants ou pas ?

  1. Vem dit :

    Merci pour cet article, qui dévoile sans crainte les non-dits écrasés par le « bon vouloir », le « bien faire » instauré par la société. J’ai longtemps eu du mal à concevoir la notion d’égoïsme dans le fait de vouloir des enfants, habituée à une croyance ancestrale et intouchable de la femme reproductrice, la mère nourricière comme but ultime. Je percevais presque les femmes sans enfant comme des êtres secs, denués de générosité. Parce qu’on nous le fait croire. Aujourd’hui je le reconnais. Or, le désir d’enfant n’a quasiment rien à voir avec la générosité. Je vois maintenant tant de mauvaises raisons autour de moi qui entraînent l’arrivée de ces petits êtres qui changent totalement nos vies, sans qu’on y ait suffisamment réfléchi. Que cela vienne ou pas, il faut que ça reste un droit de pensée personnel, intime. Chaque cas, chaque personne, chaque situation est unique. Se tenir devant tout un groupe qui fait bloc en ayant un avis opposé est très courageux, alors bravo. Je suis contente que les langues se délient enfin là-dessus. La vilaine expression « vieille fille » finira peut-être par disparaître, au passage ! Haha !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s